Staphylocoque dans le nez: causes, symptômes et quoi faire

Le staphylocoque est une bactérie sous condition pathogène, qui fait parfois partie de la microbiocénose humaine. Dans un certain état du corps humain, le staphylocoque peut montrer son activité, en particulier avec une immunité affaiblie, ainsi qu’en créant un environnement favorable à sa progression. En particulier, dans le cas d’une maladie grave, le staphylocoque peut être une infection secondaire acquise en raison d’une diminution de l’immunité vis-à-vis de la maladie primaire.

Une infection au staphylocoque du nez est une maladie caractérisée par la multiplication dans le nasopharynx de bactéries staphylococciques et qui présente des symptômes de lésions au nez et au larynx. Cette infection est très insidieuse et résistante aux médicaments, même aux antibiotiques.

Les formulaires

Aujourd'hui, il existe plusieurs formes d'infection à staphylocoques, dont les plus courantes sont:

  1. Saprofitovaya - cette forme est considérée comme la plus facile, se développe principalement dans le système urogénital, peut provoquer une maladie telle que la cystite.
  2. Épiderme - cette espèce habite la peau et les muqueuses de l’homme. Dans certaines conditions, les cocci commencent à se multiplier et à pénétrer dans le sang, provoquant le développement de processus inflammatoires dans les couches profondes de la peau.
  3. Golden - le type d'infection le plus grave, pouvant provoquer plus de 100 types de maladies, se développe le plus souvent dans le tractus gastro-intestinal et la cavité nasale, est très résistant au traitement.

Causes et voies d'infection

Les principales voies d’infection sont les suivantes: ménage, nourriture, en suspension dans l’air, de la mère à l’enfant. Au grand dam, il est possible que le staphylocoque soit le plus souvent infecté lors de vos visites dans les hôpitaux et autres miels. institutions. Des instruments médicaux mal stérilisés, des mains sales, des gants qui n'ont pas été changés après avoir examiné un autre patient peuvent tous conduire à une infection par cette maladie. Aussi, ne pas respecter les règles d'hygiène personnelle à la maison.

Le développement de bactéries dans le nez est accompagné par de l'air sec et peu ventilé à l'intérieur de la pièce. Il y a souvent des patients atteints de ce type d'infection, qui ont une immunité affaiblie par rapport à d'autres maladies graves, atteints de dysbiose intestinale ou d'abus d'antibiothérapie.

Cette maladie est très fréquente chez les nourrissons, y compris les enfants, qui vont dans des établissements préscolaires publics. Etant donné que dans ces lieux, la plupart du temps, les normes d'aération, de découpe au quartz et de nettoyage humide de la pièce ne sont pas respectées.

L'utilisation prolongée de gouttes vasoconstricteurs du rhume peut entraîner une rhinite provoquée par un excès de médicament. Dans ce contexte, il est très facile pour les bactéries de se développer dans les voies nasales.

Il est prudent de dire que même un stress grave et le surmenage peuvent déclencher le développement de staphylocoques.

Symptomatologie

Étant sur la membrane muqueuse du nez et de l'oropharynx, les cocci peuvent provoquer la progression de la maladie des voies respiratoires supérieures. Afin de distinguer une infection respiratoire aiguë banale, un virus ou une sorte de staphylocoque, le patient doit être examiné immédiatement.

Depuis le traitement de toutes les maladies est différent et pas toujours antibiotique peut aider, mais aussi nuire, causant une dysbiose intestinale avec l'établissement du diagnostic ne peut pas être retardé.

Les symptômes les plus courants du staphylocoque dans le nez et la gorge incluent:

  • Rougeur de la membrane muqueuse de la gorge.
  • Congestion nasale prolongée, difficultés respiratoires nasales.
  • Augmentation possible de la température corporelle.
  • Formation de croûtes dans la cavité nasale, semblable à l'herpès séché.
  • Dans les formes les plus graves - éruption cutanée purulente sur la membrane muqueuse du nez et de l'oropharynx.
  • Résistance au traitement médical de la rhinite.
  • Intoxication générale du corps.

Diagnostics

Si vous présentez les symptômes décrits ci-dessus, vous devez immédiatement consulter un médecin pour diagnostiquer la maladie et déterminer le schéma thérapeutique.

La principale méthode de diagnostic du staphylocoque dans le nez est un examen bactériologique, qui consiste à faire un frottis au nez et au pharynx. Pour déterminer la présence ou l’absence de la maladie, sa forme, il est très important de procéder à la collecte adéquate du matériel.

La première condition pour une analyse correcte est la préparation:

  1. La veille du semis bactérien, il est nécessaire d’abandonner l’utilisation de médicaments du rhume, même de solutions salines ordinaires.
  2. Pour obtenir une image exacte de la maladie au moins 7 jours à l’avance, n’utilisez pas d’antibiotiques en traitement.

Cette méthode ne comporte qu'un seul inconvénient, à savoir que le résultat du semis devra attendre environ 7 jours.

Si la bactérie staphylocoque est détectée chez un membre de la famille, l'analyse devra être transmise à tous les membres du ménage et subir un traitement.

Traitement

Une des méthodes de traitement des infections à staphylocoques les plus utilisées est l'antibiothérapie. Le schéma thérapeutique et le médicament lui-même sont sélectionnés individuellement à l’aide d’un antibiogramme.

Toujours, lorsqu'une infection est détectée dans le nez, une personne infectée se voit prescrire non seulement des préparations topiques, mais également par voie orale, sous forme de comprimés ou même d'injections, ainsi que des antihistaminiques.

Peut-être plusieurs options de traitement, considérez chacune d’elles:

  1. L'utilisation de médicaments antibactériens qui affectent le corps humain et son immunité. Les plus courantes sont la ceftriaxone, l’ofloxacine et l’azithromycine. La série d'antibiotiques à base de pénicilline n'est pas utilisée car les cocci y sont très résistants.
  2. Utilisation locale de médicaments antibactériens - pommades, qui incluent la mupirocine. Ces fonds sont utilisés dans les voies nasales, principalement 2 fois par jour pendant 7 jours. Il a été scientifiquement prouvé que, lorsqu’on utilise des gels dans le nez, les cocci disparaissent sur toute la longueur de la société et du nasopharynx.
  3. Quant à la dernière option thérapeutique, il s’agit de l’utilisation du «bactériophage staphylococcique». Cette méthode est à l’étude, mais elle est déjà largement utilisée en thérapie comme alternative aux antibiotiques.

En plus du traitement ci-dessus, il est obligatoire d'utiliser:

  • Médicaments immunomodulateurs (Cycloferon, Immunal, Immunoflazid, etc.)
  • Antihistaminiques ("Fenistil", "Eden", "Cetrin") pour prévenir le gonflement des tissus muqueux.
  • Préparations de vitamines.
  • Préparations de traitement local pour améliorer l'effet thérapeutique.

La chlorhexidine a un très bon effet antiseptique, elle est utilisée pour se laver le nez. En tant que médicaments vasoconstricteurs prescrits "Protargol", "Isofra", ils ont un effet antibactérien, très bien aider à la congestion nasale.

Pour humidifier et lubrifier la cavité nasale et la gorge, utilisez "Chlorophyllipt", "Etericide", ils ont un effet gras. S'il existe des lésions pustulaires sur la peau et les croûtes, la pommade à la tétracycline convient parfaitement.

Dans le cas d'une infection staphylococcique uniquement dans le nez, pour prévenir le développement de la maladie dans la cavité buccale, un rinçage à la soude est prescrit, ainsi que de la furaciline.

Conséquences du staphylocoque

Les conséquences les plus courantes de l’infection à staphylocoques sont les éruptions cutanées purulentes, les intoxications alimentaires et les lésions des muqueuses. Avec un traitement tardif, l’infection par le staphylocoque peut affecter les organes internes et même conduire à une infection sanguine. Par conséquent, nous pouvons conclure que la détection de cette maladie doit commencer immédiatement le traitement.

Prévention des maladies

Le principal moyen de prévenir toute maladie, pas seulement le staphylocoque, est de renforcer le corps. Si vous abandonnez les mauvaises habitudes, si vous respectez le mode de repos correct, une alimentation saine, si vous passez beaucoup de temps à l'air frais et lors d'une visite chez le médecin, vous pourrez éviter de nombreuses maladies.

La plupart des infections à staphylocoques sont sensibles aux nouveau-nés, aux femmes enceintes, aux personnes âgées et même aux jeunes dont le système immunitaire est affaibli.

Cette catégorie de personnes nécessite une prévention particulière:

  • Au moindre soupçon de nez qui coule, lavez-vous le nez avec une solution de sel de mer ou de sel de table.
  • Humidifiez la pièce avec un humidificateur d'air.
  • Suivez les règles d'hygiène personnelle.
  • Assurez-vous de ventiler la pièce où vous vous trouvez, effectuez souvent un nettoyage humide.
  • Avant de nourrir les nouveau-nés, la mère se lave bien sûr les mains et les seins.
  • Ne pas abuser de l'utilisation de gouttes du rhume et des antibiotiques.
  • Utiliser en lessive signifie sans parfum.
  • Ne ramassez pas les objets pouvant accumuler de la poussière (jouets souples)
  • Salle de quartz.

Et enfin, rappelez-vous la règle principale: il est plus facile de prévenir que de guérir toute maladie.

La composition de la microflore de la muqueuse nasale avec rhinosinusite bactérienne

De nombreux chercheurs pensent que l’un des principaux facteurs de développement du processus pathologique dans la membrane muqueuse de la cavité nasale et des sinus paranasaux est un facteur bactérien, mais certains affirment que le processus inflammatoire dans les voies respiratoires supérieures a une étiologie virale dans 70% des cas.

Les résultats de nombreuses années de recherche montrent qu’il existe actuellement un changement progressif dans la composition en espèces des agents pathogènes du PDV.

Auparavant, le staphylocoque était le plus souvent rencontré, et il est maintenant de plus en plus courant: Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae et Moraxella catarrhalis. Des études sur le spectre bactérien de la rhinosinusite ont montré qu’il est le plus souvent représenté par plusieurs agents pathogènes microbiens. Et dans 52% des cas, il s'agit de bactéries aérobies: streptocoques - 21%, Haemophilus influenzae - 16%, Pseudomonas aeroginosa - 15%, Staphylococcus aureus - 10%, Moraxella catarrhalis - 10%. Les bactéries anaérobies sont présentes dans 48% des cas, telles que: Peptostreptococcus spp., Bacteroides spp., Veillonella spp., Prevotella spp., Fusobacterium spp., Corynebacterium spp. De plus, récemment, dans l'étiologie de la sinusite chronique, les chercheurs ont attribué un rôle croissant à la flore fongique: Aspergillus spp., Phycomycetes spp. et Alternaria spp. Le rôle étiologique des agents pathogènes atypiques est actuellement activement étudié et discuté.

Les anaérobies (streptocoques anaérobies, Bacteroides, Fusobacterium) seraient à l'origine d'un processus inflammatoire chez les SNP en moyenne chez 10% des patients adultes, généralement avec une sinusite odontogène et compliquée. Il a été démontré qu'avec une croissance frontale aiguë, une croissance anaérobie a été observée chez un nombre significativement plus grand de patients. L'importance des agents pathogènes intracellulaires dans l'étiologie de la SEP aiguë n'a pas encore été complètement déterminée. Selon certains auteurs, Mycoplasma pneumoniae et Chlamydophila pneumoniae peuvent être une source d'inflammation des SNP dans 8 à 25% des cas. Il est à noter que la sinusite provoquée par ces agents pathogènes, est souvent trouvée avec une pathologie concomitante des voies respiratoires inférieures (bronchite chronique, asthme bronchique).

Les agents pathogènes intracellulaires peuvent persister longtemps dans les cellules épithéliales, dans l'anneau lympopharyngé, et provoquer une évolution non sévère de la maladie.

La rhinosinusite bactérienne aiguë (OBRS) est l’un des premiers endroits parmi les maladies des voies respiratoires supérieures en termes de recherche d’assistance médicale. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une complication d’une infection virale respiratoire aiguë (IVRA).

Le tableau clinique d’OBRS est à bien des égards semblable à celui d’une rhinosinusite virale.

L'accès d'une infection bactérienne est jugé si le patient avec ARVI ne présente pas de réduction significative de la gravité des symptômes après 7 à 10 jours de traitement symptomatique. La norme «or» pour le diagnostic de l’OBRS est la détection de bactéries à haute concentration (> 105 UFC / ml) à partir du contenu des sinus paranasaux obtenus par ponction. Pas un seul signe ou symptôme n'a été identifié qui puisse prédire de manière fiable la présence d'une infection bactérienne et serait un critère de diagnostic lors du diagnostic, bien qu'une combinaison de plusieurs signes ait une valeur diagnostique plutôt élevée. Les agents pathogènes les plus fréquents d'OBRS sont Str.pneumoniae, H.influenzae et Moraxella catarrhalis. Une analyse de diverses études a montré que la fréquence d’apparition de ces agents pathogènes est restée constante au cours des dernières décennies et qu’elle est d’environ 20 à 43% pour Str.pneumoniae, 22 à 35% pour H. influenzae et 2 à 10% pour Moraxella catarrhalis.

D'autres streptocoques, anaérobies, se retrouvent dans un petit nombre de cas. Selon de nombreux auteurs, les agents bactériens les plus courants pour la sinusite purulente sont les strepto et les staphylocoques. Cependant, à l’heure actuelle, les propriétés biologiques des bactéries, contribuant au passage de la maladie à la forme chronique, ainsi que l’absence de traitement efficace de cette pathologie, visant en particulier à supprimer les propriétés biologiques des bactéries, ne sont pas bien comprises. Chez les patients atteints de rhinosinusite de nature bactérienne, on trouve le plus grand nombre de granulocytes neutrophiles qui, comme on le sait, sont les premiers à entrer dans des réactions inflammatoires, protégeant le corps de l'introduction d'agents bactériens et du développement de l'infection.

L’étude des causes de l’évolution chronique et de la récurrence de la rhinosinusite, ainsi que la mise au point de nouvelles méthodes de traitement et de médicaments font désormais l’objet de nombreux chercheurs. Malgré cela, on note une augmentation du nombre de cas de rhinosinusites compliquées, prolongées et récurrentes et une faible efficacité du traitement antibiotique, souvent due à la prescription d'antibiotiques sans tenir compte de leur activité contre les principaux agents pathogènes.

Le traitement de la rhinosinusite consiste principalement à éliminer le pus, à réaliser chirurgicalement, ainsi qu’au traitement antibiotique moderne et au lavage des sinus avec des solutions désinfectantes. Cependant, un tel traitement ne garantit pas toujours l'absence de complications, d'évolution prolongée et de récidive. Selon certains chercheurs, cela s’expliquerait par la stabilisation du virus dans la cellule avec le développement d’une infection persistante. D'autres pensent que cela est dû au fait que l'évolution du processus inflammatoire est déterminée non seulement par des facteurs de causalité, mais également par l'état de la réactivité immunitaire individuelle et de la cinétique altérée de la réponse immunitaire. A leur tour, l'évolution prolongée de la maladie et les rechutes elles-mêmes ont un effet immunosuppresseur prononcé sur les indices d'immunité locale et systémique, ce qui contribue à la propagation rapide du processus et aux dommages combinés des organes ORL. Et bien que de nombreux travaux soient consacrés à l'étude des modifications de l'immunité systémique et à la correction de ces modifications par des médicaments immunotropes, le nombre de cas de rhinosinusites compliquées, prolongées et récurrentes est en augmentation constante.

Une étude de la composition quantitative et qualitative de la microflore de la muqueuse nasale chez des patients atteints de rhinosinusite bactérienne a montré que le processus inflammatoire se développait lorsqu'il était exposé à un agent pathogène virulent et à l'insolvabilité des forces de protection locales et générales du corps. Un large éventail de microorganismes sur la muqueuse nasale a été détecté dans le groupe de patients atteints de SRB (tableau 3). Lors de la détermination des espèces de microorganismes appartenant aux staphylocoques, une augmentation du nombre total de staphylocoques à coagulase positive - dorée et à coagulase négative - épidermique et hémolytique dans le groupe étudié.

Selon la littérature, Staphylococcus aureus est une flore pathogène et possède une propriété sensibilisante prononcée. Quand il interagit avec le corps humain, la réaction du GNT et du THS se produit.

Microflore de la muqueuse nasale avec rhinosinusite bactérienne

Il est également connu que les toxines dérivées d’aureus et de staphylocoques épidermiques inhibent l’activité motrice de l’épithélium cilié; dans la plus grande mesure, on observe une hémolyse des érythrocytes lors du transport de la sécrétion, y compris lorsqu’elle est exposée à Staphylococcus aureus.

Une augmentation de la concentration de bactéries pathogènes conditionnelles dans le groupe d'étude indique une diminution, à la fois d'immunité non spécifique et de résistance immunitaire générale de l'organisme, qui est documentée par la présence de relations de corrélation négatives entre les représentants de la microflore conditionnellement pathogène et des parties cellulaires et humorales du système immunitaire. Dans une plus large mesure, la réactivité du lien cellulaire du système immunitaire diminue. Une concentration élevée d’entérocoques a été détectée chez des patients atteints de SRB sur la membrane muqueuse du nez, dont l’apparence dans ce biotope n’est pas la norme physiologique. L'indice leuco-T et leuco-B-cell, ainsi que la concentration en IgA, augmentent avec l'augmentation du nombre d'entérocoques. Le mécanisme de protection de l'IgA est sa capacité à adhérer fermement à la surface cellulaire de l'épithélium ciliaire des voies respiratoires et à empêcher les micro-organismes de se déposer sur la muqueuse épithéliale. Le niveau d'expression de CD95 diminue avec l'augmentation du nombre de souches de Staphylococcus aureus. On sait que l'effet de la ß-toxine Staphylococcus aureus sur les cellules se manifeste dans l'induction de l'apoptose par le système de la caspase. L'apoptose cellulaire sous l'action de la β-toxine staphylococcique se produit indépendamment des récepteurs de l'apoptose, via le système des caspases le long de la voie mitochondriale.

La concentration de cytokines augmente avec l'augmentation des niveaux de bactéries sur la membrane muqueuse, tout en réduisant la concentration d'IL-2 et de TNF? conduit à une augmentation du nombre de staphylocoques épidermiques. Cependant, dans la pathogenèse des infections à staphylocoques et à streptocoques, les mécanismes de défense non spécifiques revêtent une plus grande importance.

Une relation positive a été établie entre les indices d'activité fonctionnelle des granulocytes de neutrophiles et le nombre de streptocoques et négative avec les staphylocoques. Au cours de l'évolution, le staphylocoque a acquis la capacité d'inhiber la fonction phagocytaire des leucocytes sanguins en bloquant les substances opsonisantes, telles que le complément et les IgG, ainsi que les effets toxiques directs sur les phagocytes, et le degré de violation de la protection phagocytaire dépend de la gravité du processus infectieux. Un grand nombre de relations de corrélation entre la composition spécifique de la microflore de la muqueuse nasale et les niveaux d'activité enzymatique métabolique dans les granulocytes neutrophiles ont été mis en évidence dans le groupe de patients atteints de SRB.

Les staphylocoques (S. aureus, S. haemolyticus, S. epidermidis, S.cohnii), les streptocoques (Stpneumoniae, St.haemolyticus), les micrococci et la néisserie étaient les cas les plus fréquents dans l'étude de la contamination de la membrane muqueuse nasale chez des patients atteints de BRS. Dans le même temps, un fort pourcentage de détection dans le groupe BRS concerne les entérocoques (E. faecalis), les entérobactéries, H.influenzae et M.catarrhalis. Les cocci à Gram positif, avec une prédominance nette de staphylocoques, ont représenté la fréquence la plus élevée, tandis que les staphylocoques dorés et épidermiques ont joué le rôle principal. Ainsi, chez les patients atteints de SRB, le spectre de colonisation de la muqueuse nasale comprend différents types de staphylocoques caractérisés par une activité antagoniste prononcée, confirmée par les multiples relations négatives entre le nombre d'entérobactéries et de staphylocoques, en particulier les staphylocoques dorés, ainsi que entre les staphylocoques et les microcoques.

Une corrélation positive a été observée entre les staphylocoques. La surpopulation de la microflore de la muqueuse nasale dans la BRS contribue au fait qu’une partie de celle-ci peut descendre des voies respiratoires supérieures aux voies respiratoires inférieures - ce qui n’est pas caractéristique de ces micro-organismes, des points de persistance. La formation de nouvelles communautés microbiennes peut modifier l'habitat et la nature de la relation entre les associés. De nombreux chercheurs pensent que, dans de telles conditions, il existe une sélection de micro-populations d'autoflore à propriétés virulentes renforcées.

Naturellement, si l’immunoréactivité d’une personne est altérée, non seulement le port de staphylocoques à coagulase positive peut être dangereux pour une personne, mais aussi une augmentation du nombre de staphylocoques à coagulase négative, car il a été constaté que presque toutes les espèces supposées être des agents étiopathogénétiques peuvent produire une enzyme pathogène. Les agents pathogènes les plus probables peuvent être des staphylocoques à coagulase positive et des hémolytiques et épidermiques parmi les staphylocoques à coagulase négative. Les souches isolées de staphylocoques chez les patients atteints de SRB ont des propriétés à la fois pathogènes et persistantes dans des proportions égales.

La rhinosinusite aiguë se développe généralement en tant que complication d'une rhinite aiguë causée par divers agents infectieux.

La rhinosinusite chronique est une conséquence de l'inflammation aiguë de la membrane muqueuse des sinus paranasaux; Les facteurs aggravants peuvent être la rhinite chronique, les maladies et l'hypertrophie des amygdales de l'anneau lympho-pharyngé et la courbure du septum nasal.

Un des facteurs étiologiques les plus importants de la rhinosinusite est le staphylocoque à Gram positif, qui constitue une microflore pathogène et pathogène. Actuellement, en raison de la grande disponibilité et de la prescription souvent déraisonnable de médicaments antibactériens, le nombre de souches de staphylocoques résistantes aux antibiotiques est en augmentation, ce qui entraîne une augmentation du pourcentage de chronicité de la rhinosinusite et la survenue de complications.

L'adéquation du traitement antibiotique de la sinusite aiguë et chronique est une tâche importante en oto-rhino-laryngologie.

Les résultats des études ont montré que la grande majorité de la microflore sécrétée par la muqueuse nasale dans les groupes de patients atteints de SRO (rhinosinusite aiguë) et de XPC (rhinosinusite chronique) sont des bactéries appartenant au genre Staphylococcus. Les données obtenues sur la contamination sont présentées dans le tableau 4. La contamination par des bactéries appartenant à la famille des Enterobacteriaceae et au genre Micrococcus était plus élevée chez les patients atteints d'HRS. Dans le groupe des patients atteints de SRO, au contraire, le nombre de bactéries du genre Neisseria et Enterococcus a augmenté.

L'analyse de la fréquence d'apparition de staphylocoques chez les patients atteints de LFS et de HRS a montré que les espèces de S. aureus, de S. epidermidis et de S. warneri étaient plus souvent retrouvées avec les SRO. Dans HRS, le pourcentage le plus élevé de détection a été attribué à des souches d'espèces telles que S. haemolyticus, S. epidermidis, S. aureus. Ainsi, les types les plus fréquents de staphylocoques avec ORF et HRS étaient S. aureus, S. epidermidis.

L'analyse quantitative de la composition en espèces de staphylocoques chez les patients atteints d'HRS a révélé une augmentation du nombre d'UFC / ml de souches de S. coli (S) (Tableau 4). Tandis qu'avec l'ORF, une augmentation du taux d'infection de souches de staphylocoques telles que S. haemolyticus, S.warneri et S..capitis a été observée.

Caractéristiques comparatives de la microflore de la muqueuse nasale de patients atteints de rhinosinusite aiguë et chronique

La composition microbienne de HRS OCR

Enterobacteriaceae spp. 32 5,8Ч105 25 5,5Ч104

Types d'infections dans le nez et leur traitement

Malgré les différences de nature de la maladie, les infections nasales présentent des signes et des méthodes de traitement communs. Pour clarifier le diagnostic est effectué diagnostic différentiel (distinctif).

Symptômes communs

Presque toutes les maladies infectieuses commencent de la même manière. Les premiers signes de pathologie se développent les jours 2 à 3 et se présentent sous une forme aiguë.

Symptômes communs d'infection:

  • fièvre
  • fièvre
  • congestion nasale;
  • œdème de la muqueuse;
  • nez qui coule;
  • douleur et lourdeur dans la tête.

Les manifestations spécifiques associées à une pathologie particulière rejoignent les manifestations communes de l'infection. Car la nature virale est caractérisée par des éternuements, des rougeurs des yeux, des écoulements muqueux clairs. Après 2 jours, chatouilles et maux de gorge, la toux est ajoutée à la tête froide.

L'infection bactérienne est accompagnée d'un secret épais jaune-vert, d'une folliculite (furonculose), de croûtes purulentes autour des narines, d'une hyperthermie de la membrane muqueuse. Si la cause de la maladie est devenue un champignon, la congestion nasale est accompagnée de démangeaisons, de sécrétions abondantes de couleur blanchâtre avec une odeur désagréable.

L'intoxication générale s'ajoute aux signes locaux d'infection nasale. Ses symptômes dépendent de la complexité de la maladie et peuvent être exprimés à des degrés divers.

Principales manifestations:

  • diminution de la performance, léthargie, fatigue;
  • une forte détérioration de la santé;
  • somnolence accrue;
  • irritabilité.

Si de tels signes d'infection apparaissent, consultez immédiatement un médecin. Afin de ne pas infecter les autres, il est conseillé de porter un masque et de commencer un traitement préventif.

Les symptômes

Alors, quel genre d'infection peut être dans la cavité nasale? La maladie la plus commune est la rhinite aiguë. Près de 90% de la population en souffre. Les causes des affections sont généralement les streptocoques et les staphylocoques.

Symptômes de la rhinite:

  • congestion nasale;
  • écoulement nasal sévère;
  • œdème de la muqueuse;
  • détérioration de l'odeur;
  • acuité auditive réduite.

Bientôt, l'irritation de la gorge, la douleur en avalant, la toux s'ajoutent aux traits caractéristiques de la rhinite.

Avec une thérapie inappropriée ou tardive, la rhinite aiguë est compliquée par une sinusite. Le principal est la sinusite. Dans ce cas, douleur au pont du nez, sensation de plénitude dans les sinus et larmoiement rejoignent les signes communs. Dans la forme aiguë de l'inflammation, la température corporelle s'élève à 39–40 ° C.

Dans la rhinosinusite polypeuse, qui se développe dans le contexte de la rhinite chronique, les symptômes sont quelque peu différents:

  • congestion nasale persistante. Il ne peut pas être éliminé gouttes vasoconstricteurs;
  • diminution de l'odorat et de l'audition;
  • voix nasales;
  • toux sèche.

Une forte augmentation de la température, accompagnée de sécrétions purulentes et séreuses, une douleur et une sensation de plénitude dans tous les sinus du nez, un gonflement du visage est un signe de polysinusite.

L'apparition de bactéries provoque souvent une inflammation des follicules pileux et l'apparition de furoncles. Le contenu purulent pénètre rapidement dans les tissus, provoquant une douleur intense, des rougeurs et de la fièvre. La furonculose se développe avec la défaite de plusieurs sacs.
«L

Raisons

La cause de l'infection dans le nez devient souvent une immunité faible. C'est pourquoi le malaise survient dans la plupart des cas pendant la saison froide. En outre, des facteurs provoquants jouent un rôle important dans le développement de la pathologie:

  • contact étroit avec le malade;
  • hypothermie locale ou générale;
  • non-respect de l'hygiène personnelle;
  • l'avitaminose;
  • surcharge émotionnelle et physique fréquente;
  • surmenage banal.

Le développement d'infections contribue dans une large mesure aux dents carieuses, à la parodontite, à la gingivite. L'inflammation des sinus maxillaires se développe particulièrement souvent dans ce cas. Une mauvaise écologie ou le travail dans des conditions polluées provoque des infections fongiques du mucus.

Quel médecin traite les infections nasales?

Aux premiers symptômes d'indisposition, il est nécessaire de consulter un spécialiste en ORL ou un oto-rhino-laryngologiste. C'est lui qui s'occupe des maladies du nez, des oreilles et de la gorge. Tous ces organes étant en relation étroite, la maladie de l’un entraîne souvent la défaite de l’autre.

Par exemple, la rhinite peut déclencher une otite moyenne. Un bon oto-rhino-laryngologiste devrait envisager un tel développement d'événements et prescrire un traitement complexe. Cette approche aidera à guérir l'infection rapidement et sans complications.

Méthodes de diagnostic

Toute mesure diagnostique commence par une anamnèse (antécédents). Ensuite, le médecin examine le patient par rhinoscopie ou endoscopie et clarifie les symptômes. C'est à ce stade que le diagnostic différentiel se produit. Avec son aide, l'oto-rhino-laryngologiste "trie" les signes apparus et pose le seul diagnostic correct.

En conclusion, l'examen du patient a prescrit un certain nombre d'études instrumentales pour confirmer les résultats:

  • Échographie;
  • Radiographie;
  • fibroscopie;
  • IRM
  • tomographie par ordinateur.


Si nécessaire, pratiquez une ponction des sinus maxillaires. Les types de recherche et leur ordre sont déterminés par l'oto-rhino-laryngologiste.

Traitement

Comment traiter une infection au nez? Tout d'abord, on prescrit au patient des médicaments capables de détruire l'agent causal de la maladie: une bactérie, un virus ou un champignon.

Pour les infections microbiennes, le médecin traitant prescrit des antibiotiques de type pénicilline ou céphalosporine: amoxicilline, Augmentin, Amoxiclav, Ceftriaxone. Arbidol, Remantadin, Interferon, Kagocel ou Anferon sont prescrits pour lutter contre les virus. Lorsque la nature fongique du traitement de la maladie est effectuée mycotiques: Fluconazole, Nystatin, Terbinafine, Levorin.

Pour soulager l’état du patient et éliminer les manifestations lumineuses de la maladie, un traitement symptomatique est utilisé:

  • agents vasoconstricteurs - Sanorin, Nazol, Oxymetazoline, Tizin. Les préparations de ce groupe éliminent la congestion nasale, soulagent le gonflement des muqueuses et le préparent aux effets des remèdes locaux;
  • sprays antibactériens et anti-inflammatoires - Protargol, Isofra;
  • antihistaminiques - Suprastin, Claritin, Erius, Diazolin;
  • aérosols hydratants - Pinosol, Kameton.


Le traitement de l'infection bactérienne est effectué à l'aide de groupes de médicaments supplémentaires:

  • antipyrétique - Nurofen ou Nise;
  • gouttes antimicrobiennes nasales - Collargol, Protargol;
  • probiotiques à usage interne - Trilact, Lactobacterin, Ecoflor.

Des antiseptiques (Miramistin, Chlorhexidine) et des solutions salines (Aquamaris, Dolphin, Morenazal) sont utilisés pour le lavage des muqueuses.

Après la phase aiguë, un traitement de physiothérapie est prescrit pour lutter contre la maladie: irradiation ultraviolette, thérapie ultraviolette, exposition aux courants. Les procédures stimulent l'immunité locale, améliorent la circulation sanguine et restaurent les tissus.

Prévention

Pour prévenir les maladies infectieuses du nez, respectez les recommandations suivantes:

  • marcher plus souvent en plein air;
  • procéder à un durcissement local et général;
  • faire du sport, de préférence dans la rue;
  • bien manger;
  • ne pas trop refroidir;
  • éviter le stress et le surmenage;
  • limiter le contact avec les personnes malades;
  • pendant la saison des épidémies, nettoyez la cavité nasale avec une solution saline toutes les nuits et lubrifiez-la avec une pommade oxolinique.

Infection chronique particulièrement dure et longue. Pour le prévenir, il est nécessaire de renforcer le système immunitaire et de traiter immédiatement les maladies respiratoires, ainsi que de veiller à l'hygiène personnelle.

Un traitement rapide chez le médecin ORL accélérera la guérison, réduira le risque de conséquences graves et le passage de la maladie à la forme chronique.

Microbes dans le nez

Les maladies et les processus inflammatoires dans le corps humain sont causés par divers microbes, virus et micro-organismes. Parmi les sources peuvent être observées et les bactéries. Il y a souvent des lésions des parties nasale et orale, ainsi que dans tout le nasopharynx. Et la raison principale en est Staphylococcus aureus au nez. Sa pathogénicité est conditionnelle. Bien entendu, le rôle principal dans sa pénétration est joué par une immunité faible réduite. C'est pourquoi les symptômes caractéristiques du staphylocoque dans le nez se manifestent chez plus de 80% des patients se plaignant de sensations désagréables dans la gorge et les organes respiratoires. Ne désespérez pas. Un staphylocoque doré détecté à temps dans le nez fournit un excellent pronostic positif pour le traitement à venir et une récupération rapide.

Tous les types de bactéries existants, y compris le staphylocoque, vivent presque partout, entourant une personne dans l’air, l’eau, le sol et même des représentants du monde animal. Qu'est-ce que Staphylococcus aureus? C'est un agent pathogène bactérien qui est la principale cause de processus inflammatoires et suppuratifs chez l'homme. Comment se déroule le processus d'infection et quelles sont les raisons qui le provoquent:

méthode du ménage. Observé lors de l'utilisation d'objets courants, d'ustensiles de cuisine, de jouets. Les employés et les élèves d’institutions préscolaires, les membres d’une même famille, les employés de l’entreprise deviennent des foyers d’infection; la poussière et l'air. Tousser, éternuer et même respirer un malade; produits; institutions médicales. Demande d'examen d'instruments et d'équipements mal désinfectés. Infections dans les maternités des nouveau-nés; lors de l'allaitement.

Outre les voies principales de pénétration des bactéries, il existe également des désordres associés dans le corps, qui conduisent également à l'apparition, compliquent souvent le traitement du Staphylococcus aureus au nez:

stress récurrent; Infection à VIH, SIDA; diabète sucré; l'hypothermie; prise régulière de vasoconstricteur et gouttes inappropriées pour le nez; interaction avec des substances toxiques; violation de la peau et des muqueuses.

Ce sont les moyens par lesquels le staphylocoque doré pénètre dans le corps humain par des moyens et des méthodes caractéristiques des bactéries. Même en violation des règles habituelles d'hygiène personnelle et d'affaiblissement fréquent du système immunitaire, le traitement tardif de maladies existantes peut entraîner l'activation de microorganismes pathogènes.

La bactérie choisit le plus souvent les muqueuses pour la localisation. C'est pourquoi un staphylocoque pathogène doré apparaît dans le nez et présente des maladies caractéristiques et leurs symptômes:

sinusite Inflammation des sinus maxillaires et frontaux. Accompagné de la température jusqu'à 39 ° C et des douleurs dans le septum nasal; sinusite La défaite du sinus paranasal et de la mâchoire supérieure. Douleur au nez, aux tempes, à la migraine. Un gonflement peut survenir. Augmentation de la température corporelle entre 38 ° C et 39 ° C Mettez en surbrillance le vert; frontal Le sinus frontal du nez souffre des effets de bactéries. Il y a une douleur dans les yeux, une partie frontale, un sentiment de faiblesse; nez qui coule ou rhinite. L'écoulement nasal dépend du stade et de la durée du processus inflammatoire. La forme initiale est un liquide clair. Au fil du temps, écoulement purulent de couleur jaune-vert. Signes associés: congestion nasale, difficulté à respirer, changement du ton de la voix.

Mais avant de commencer à traiter Staphylococcus aureus, il est nécessaire de déterminer avec précision ses symptômes et de procéder à un examen médical complet pour confirmer le diagnostic exact par des spécialistes expérimentés.

Pour effectuer un diagnostic correct et déterminer la présence d'un microorganisme, il est nécessaire d'utiliser non seulement des méthodes de laboratoire, mais également des méthodes matérielles de détection de la maladie. Quels tests pour Staphylococcus aureus dans le nez devront passer:

examen bactériologique des sécrétions de la cavité nasale. Un écouvillon du nez, qui est transmis au laboratoire pour une étude plus approfondie du type de micro-organisme. Le semis de bactéries sur un milieu nutritif est utilisé pour déterminer son comportement ultérieur. examen cytologique. Recherche de cellules étrangères dans le mucus sécrété par le nez; transillumination, ultrasons. Méthodes visuelles d'examen et d'évaluation du processus inflammatoire dans les sinus; antibiogramme. Étudier la réaction des bactéries à divers médicaments.

Ce n’est que grâce à ces types d’examens que l’otolaryngologiste en charge peut prescrire le traitement médicamenteux approprié pour le staphylocoque dans le nez. Ceci prend en compte les complications possibles, le stade et la durée de la bactérie dans les organes du nasopharynx.

Dans de rares cas, une guérison spontanée de maladies causées par des micro-organismes se produit. Si vous ratez le moment de l'infection et ne guérissez pas le staphylocoque doré du nez, il existe un risque de complications:

méningite Les processus inflammatoires purulents qui se produisent dans les sinus maxillaires peuvent aller au cerveau. Signes caractéristiques: vomissements, migraines, convulsions. La mortalité est observée dans 30% des cas connus; syndrome de choc toxique. Réaction aiguë du corps à un empoisonnement par une bactérie. Augmentation de la température jusqu'à 40 ° C, diarrhée, vomissements; septicémie, empoisonnement du sang. Dans ce cas, l'infection se propage dans tout le corps. Avant de traiter un staphylocoque doré et négligé, il est nécessaire de subir un diagnostic - antibiogramme.

C'est très dangereux non seulement pour la santé, mais aussi pour la vie humaine. Par conséquent, avec un long nez qui coule avec une couleur inhabituelle, qui s'accompagne de maux de tête et de fièvre, vous devez immédiatement vous précipiter pour consulter un médecin pour un oto-rhino-laryngologiste.

Les processus inflammatoires causés par des bactéries et des microorganismes pathogènes exigent les solutions les plus efficaces. Par conséquent, afin de déterminer comment traiter le staphylocoque dans le nez, un oto-rhino-laryngologiste expérimenté étudie la durée du parcours et l'étendue de la lésion. Il attribue immédiatement au patient un traitement complet. Dans les cas graves, l’injection d’ampicilline est nécessaire. Bol appliquer:

Azithromycine. Pour l'inflammation des voies respiratoires supérieures dosage quotidien du médicament - 500 mg une fois. Durée - 3 jours; "Unazin". Consommation quotidienne - de 375 mg à 750 mg 2 fois. Durée du cours - 5 jours. Comprimés contre de nombreux types d'infections bactériennes qui causent une violation de la microflore; Ceftriaxone. Un antibiotique qui affecte les microorganismes et les infections bactériennes. Injection intramusculaire - 1 à 2 grammes une fois avec addition d’une solution à 1% de lécocoïne; Cloxacilline. Empêche la formation de nouvelles bactéries, inhibe et tue les microorganismes. Consommation quotidienne de 500 mg après 6 heures.

En outre, vous pouvez prescrire et un traitement local, qui inclut l'impact directement sur les lésions externes:

"Bactériophage staphylococcique". Utilisé pour le lavage des sinus ou l'administration locale de tampons humidifiés 1 à 3 fois par jour. Cours - 14 jours; Pommade à la tétracycline. Appliquer sur la muqueuse nasale ou faire une compresse; "Chlorophyllipt". Solution alcoolique - 1 cuillère à café de sérum physiologique - 200 ml. Agiter et rincer les voies nasales de 2 ml. Par jour, il est nécessaire de répéter la procédure 3 fois. La solution d'huile tombe goutte à goutte dans le nez, 2-3 gouttes. Rendez-vous - 3-4 fois par jour.

“Immudon”, “Supradin” et d'autres complexes vitaminiques aideront à restaurer le corps. Tout dépend des caractéristiques du corps et du témoignage du médecin.

Toutes les recettes que prépare la médecine traditionnelle sont sans danger et contiennent de nombreux ingrédients naturels utiles et des vitamines. Refuser, dans ce cas, ils ne valent pas la peine. En tant que moyen supplémentaire de lutter contre le staphylocoque, un soutien supplémentaire de l'immunité ne fait pas mal:

groseilles. Baies fraîches 3 tasses par jour. Entier ou en purée; canneberges. Baies - 200 grammes, miel - 100 grammes; abricots Dans la forme fraîche de 500 grammes; persil au céleri. Dans le cadre d'une salade ou d'un jus.

Le but local prévoit la préparation de teintures et de décoctions naturelles à base de plantes, qui peuvent laver la cavité nasale et débarrasser la muqueuse des germes:

huile essentielle d'eucalyptus. Eau bouillie tiède - 250 ml, 2 gouttes d’huile et 5 grammes de sel marin. Appliquez immédiatement avant de refroidir; camomille. Fleurs de la plante - 1 cuillère à soupe, eau bouillante - 1 tasse. Laisser mijoter pendant 15 minutes, refroidir et rincer le nez.

Les remèdes naturels, bien sûr, sont très utiles, mais uniquement sous forme de traitement supplémentaire. Il est impossible de se débarrasser des bactéries, virus et microbes sans antibiotiques et produits chimiques spécialement développés.

Le parasite le plus célèbre qui vit sur la membrane muqueuse est le staphylocoque. Il est impossible de se débarrasser de lui, il est partout - dans de nombreux objets, objets, dans les airs. De tous les agents pathogènes émettent: infection saprophyte, épidermique, dorée. Bien que le système immunitaire soit en excellente forme, le porteur d'agents pathogènes n'est pas terrible pour personne, mais lorsque l'immunité échoue, l'infection est le plus souvent causée par Staphylococcus aureus.

L'infection peut survenir n'importe où et n'importe quand. Les microbes vivent longtemps, même à basse température. L'infection est transmise par contact ou à travers des objets, affectant l'adulte et l'enfant.

La nourriture, si les normes sanitaires de la cuisine sont violées, par des coupures et des plaies. Les microbes peuvent être trouvés sur le corps de toute personne, mais cela ne signifie pas qu'il est malade. Un microbe nuisible peut vivre longtemps jusqu'à ce qu'une plaie apparaisse sur le corps. À travers les dommages, les bactéries sont transmises à la membrane muqueuse, puis à n’importe quel organe de l’intestin. À l'intérieur du corps, les microbes vivent aussi longtemps sans nuire à l'homme. Le transporteur peut être permanent ou temporaire. Si l'intoxication commence soudainement sans raison apparente, il est urgent de consulter un médecin. La raison peut être la reprise du staphylocoque.

Il existe plusieurs dizaines de types de bactéries, mais Staphylococcus aureus est dangereux. Habitat préféré pour lui - le nez. Lorsque l'aide n'est pas fournie à temps, les microbes sont transmis à d'autres organes.

Certains adultes, sans parler des bébés, ne sont même pas conscients du porteur de l'infection. Le staphylocoque épidermique, par exemple, appartient à la microflore normale, ne nuit pratiquement pas et reste constamment sur la peau. Vous pouvez en apprendre davantage sur la présence de microbes en passant un frottis sur le baccap de la muqueuse nasale, le pharynx.

Les patients restants peuvent ressentir tous les symptômes d'un microbe réveillé. Ils ressentent de la fièvre, une hyperémie de la peau autour du nez et une intoxication. Le symptôme principal des microbes sera l'apparition d'une éruption cutanée et de croûtes dans le nez.

Staphylococcus aureus dans le nez peut entraîner le développement d'une sinusite, et d'autres symptômes vont alors apparaître: congestion nasale, nez qui coule, malaise général. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la situation s'aggrave, il y a une douleur pressante au niveau du visage, les paupières gonflent, la lourdeur de l'air inspiré par le nez, l'infection est transmise à la bouche.

Le portage de l'infection est une bonne période pour l'activation des maladies chroniques. Amygdalite, rhinite, pharyngite exacerbée. Le développement rapide et l'activité des microbes ne permettent pas au système immunitaire de combattre pleinement l'infection et la situation est aggravée par la formation de pus dans le nasopharynx. Il se transmet par l'estomac dans l'estomac et provoque une gastrite, une colite, une inflammation de la vessie et d'autres maladies du tractus gastro-intestinal. Le staphylocoque dans le nez est très dangereux pour les bébés, car tous les symptômes sont accompagnés d'ulcères peu guérisseurs et de coliques intestinales.

Se débarrasser complètement de ce microbe ne fonctionnera pas, et pourquoi pas. Un traitement n'est nécessaire que si la présence de bactéries dans les muqueuses provoque des inflammations fréquentes conduisant au portage permanent de l'infection.

L'installation de chlorophyllipt dans le nez aidera à vous débarrasser du staphylocoque.

En cas de maladie bénigne, le médecin se limite au traitement des symptômes. À un degré plus complexe, ils sont adaptés individuellement, en examinant chaque cas séparément. La complexité de la thérapie est due à la réponse réduite des cellules immunitaires et à la résistance des microbes aux antibiotiques.

Par conséquent, avant de commencer les procédures, vous devez vous rappeler les caractéristiques suivantes:

la résistance à un certain nombre d'antibiotiques, une sélection inadéquate du médicament entraîne une infection accrue, un traitement incomplet entraîne des complications.

Une approche indépendante du choix des traitements peut nuire, aggraver l’état et ajouter des complications. Avant les procédures, il est nécessaire de passer un frottis de la muqueuse, afin de déterminer la stabilité et de prendre des médicaments. Ce n'est qu'après un examen complet du patient que le traitement peut commencer. Le plus souvent, il s’agit de médicaments antibactériens et sulfamides, qui prennent une longue période. Le taux de dosage et la durée du cours sont calculés par le médecin traitant.

Staphylococcus aureus au nez est parfaitement nettoyé par une longue instillation d’une solution huileuse ou alcoolique de chlorophyllipt dans les voies nasales. Enlevez les pustules de la peau Zelenka. De plus, la désinfection nasale est réalisée par un groupe de virus qui «dévorent» les bactéries. Des cotons-tiges imbibés d'une solution sont placés dans les voies nasales pendant environ 15 minutes Il est important de savoir qu'en utilisant un virus, vous ne devez pas utiliser de solution alcoolique de chlorophyllipt. Il peut neutraliser le pouvoir thérapeutique du médicament.

Après un examen physique par un médecin, le diagnostic final est établi sur la base des résultats de tests sanguins en laboratoire et d’un frottis sur la membrane muqueuse bakposev. Les diagnostics modernes sont divisés en trois types:

Microbiologique, dans lequel un frottis du pharynx, le nez est pris et examiné pour la présence de bactéries. Pour déterminer le type d’infection, on utilise un matériau capable de teindre un Staphylococcus aureus normal en couleur jaune, et un matériau doré se transformant en flocons nuageux de couleur jaune ou orange. Actuellement, presque pas utilisé en raison de résultats inexacts. Sachant que les staphylocoques sont toujours présents dans le corps, le résultat de l’analyse permet au microbe d’être de 10 à 2 degrés. Seulement cela ne s'applique pas à Staphylococcus aureus. Son degré de présence dans le corps est égal à 0. S'il est trouvé dans l'analyse, il est nécessaire de commencer immédiatement le traitement. A un stade précoce, le déroulement des procédures durera environ 3 semaines. Au cours des 7 premiers jours, tous les symptômes disparaîtront, le reste du temps est nécessaire pour enregistrer le résultat afin d'empêcher le porteur de l'infection. Une thérapie de soutien est nécessaire pour affaiblir l'immunité afin d'éviter une réinfection. La méthode instrumentale consiste à utiliser les rayons X en cas de complications.

Le traitement médicamenteux est le principal et le plus efficace. Il est basé sur l'utilisation d'antibiotiques. Dans le cas de Staphylococcus aureus, le degré d'immunité vis-à-vis d'un certain nombre de médicaments est élevé. C'est pourquoi des médicaments antibactériens de nouvelle génération sont utilisés. Ce sont l'oxacilline, la dicloxacilline, la ceftriaxone et d'autres.

Dans le cas d'éruptions cutanées purulentes, ces mêmes médicaments sont utilisés pour traiter les zones touchées après l'ouverture des abcès. Les préparations contiennent des substances qui inhibent la résistance des microbes. La dose et la période d'utilisation du médicament sont prescrites individuellement. Si vous pouvez vous passer d'antibiotique, le médecin vous recommande d'admettre des virus spéciaux qui tuent les bactéries.

Un traitement immunostimulant est nécessaire avec les préparations médicinales. Les immunostimulants aident à rétablir la résistance et la fonction protectrice du corps, et le complexe de vitamines aidera à renforcer la vitalité. Dans les cas difficiles, les transfusions sanguines sont autorisées. Pendant le traitement, il est important de boire beaucoup d’eau pour se débarrasser des substances nocives.

Le traitement à domicile de la maladie est une méthode efficace. La riche expérience des guérisseurs traditionnels a révélé un grand nombre d’herbes qui soulagent la maladie dans des situations difficiles. Il existe suffisamment de recettes populaires et leur utilisation dépend de la complexité de l'infection et de l'emplacement des micro-organismes. Le staphylocoque du nasopharynx se guérit facilement des manières suivantes:

Des préparations à base de plantes à base de sauge, de plantain et de racine de bardane sont instillées et instillées dans les voies nasales, en rinçant le pharynx une demi-tasse entre les repas, le cassis renforce le système immunitaire et enrichit le corps en vitamines; le chlorophyllipt est utilisé pour les dommages purulents de la membrane muqueuse. Les sinus nasaux sont instillés avec des gouttelettes de chlorophyllipt trois fois par jour pendant 7 jours et de cuivre, en tant que préparation antiseptique naturelle. On trouve une grande quantité de cuivre dans les épinards, le sarrasin et les feuilles de laitue. Le cuivre, pénétrant dans la cellule de l'agent pathogène, l'infecte de l'intérieur et meurt. Il est nécessaire de surveiller la quantité de minéraux consommée afin qu'une quantité excessive ne conduise pas à une intoxication. Le taux de consommation quotidien est de 2 mg.

Les méthodes traditionnelles sont un moyen efficace, mais rappelez-vous que l'auto-traitement n'est pas la meilleure méthode de traitement.

Il vaut la peine d'adopter une approche globale pour éliminer le problème et faire appel à une thérapie locale. Cela accélérera la récupération. Pour le traitement utiliser:

Avec la Miramistin ou la Chlorhexidine, la cavité nasale est lavée, ce sont des antiseptiques puissants, l’instillation de Protargol ayant un effet antibactérien et un excellent vasoconstricteur, l’érythromycine ou la tétracycline est utilisée pour les lésions cutanées pustuleuses au niveau du nez. En présence de grosses suppurations, le médecin soulève la question de l'autopsie, l'onguent Bactroban, un médicament immunomodulateur est utilisé à l'aide de tampons.

La thérapie locale implique le traitement du pharynx, ce qui aide à prévenir la défaite des amygdales. Des pastilles absorbables sont utilisées, un rinçage du pharynx à la furaciline ou à la soude est effectué. N'oubliez pas les règles simples d'hygiène.

Pendant la grossesse, la future mère passe de nombreux tests, notamment un frottis de la muqueuse nasale et du pharynx pour détecter la présence de staphylocoques. Après avoir identifié une bactérie pathogène, il convient de tirer la sonnette d'alarme, car l'épiderme et Staphylococcus aureus sont tout aussi dangereux pour la mère que pour le futur enfant. Les membranes peuvent être endommagées et les toxines sont transférées au bébé.

Le médicament est choisi avec soin, en tenant compte d'une situation intéressante. Traitement continu obligatoire du nez ou de la gorge avec des solutions d'huile et des pommades. Pour prévenir la propagation de l'infection, prescrire un gargarisme. Le traitement au quartz est largement utilisé, la vaccination est effectuée. Une fois le parcours terminé, l'analyse est répétée sur l'ensemencement du réservoir.

Considérant que le staphylocoque pendant la grossesse est un signe de diminution de l'immunité, il est intéressant de bien manger, de marcher en plein air, de prendre des vitamines.

N'oubliez pas qu'il est plus facile de prévenir les infections pendant la grossesse que de s'en débarrasser.

Trouver un microorganisme dans le nasopharynx chez les nourrissons est dangereux et problématique. Il est dangereux pour ses complications, la possibilité de développer des modifications rhumatismales dans la région du muscle cardiaque. Si des microorganismes sont détectés chez un enfant, contactez immédiatement un médecin pour un rendez-vous. La maladie est difficile à traiter, alors soyez prêt pour un processus long et difficile.

Pour commencer à faire un frottis sur le réservoir, il faut que tous les membres de la famille qui sont en compagnie de l'enfant. Ils se droguent tous à la fois. Une thérapie douce est prescrite à l’enfant, y compris des antibiotiques et des médicaments traditionnels. Assurez-vous de prendre simultanément des préparations vitaminées et des moyens de maintenir l’immunité. Le traitement durera environ trois mois, une semaine avec des pauses de 5 à 6 jours. La livraison répétée d'un frottis pour analyse sera effectuée trois mois après la fin du traitement.

Il est important de savoir qu'en cas de suspicion de présence de microbes pathogènes, les procédures de réchauffement sont strictement interdites. Vous ne pouvez pas chauffer le nez, la gorge, faire des compresses et utiliser généralement la chaleur. L'augmentation de la température contribue au développement accru des bactéries et se propage dans tout le corps.

Les produits laitiers, le miel et les jus doivent être exclus du régime alimentaire. C'est un environnement favorable aux bactéries. Il n'est pas nécessaire d'appliquer des solutions alcooliques lors de la désinfection du nez. L'alcool augmentera la sécheresse du mucus. Oui, et les bactéries y résistent.

Après un traitement antibiotique, soignez les intestins, restaurez la microflore. En suivant une série de recommandations, vous ne permettrez pas l'affaiblissement du corps et le développement d'un porteur de maladies infectieuses.

Le staphylocoque est un représentant de la microflore non spécifique, une bactérie pathogène qui vit en quantités individuelles sur la peau et les muqueuses de l'homme. Le staphylocoque dans le nez est un phénomène très courant auquel les personnes atteintes de maladies chroniques du nasopharynx sont le plus susceptibles. Le microbe devient dangereux au moment d'affaiblir l'immunité humaine, lorsque sa population est importante: c'est alors que la bactérie est à l'origine de diverses maladies, qui ne peuvent être soignées que par des antibiotiques aux enfants et aux adultes.

Il existe jusqu'à 20 types de staphylocoques, dont beaucoup ne provoquent pas de maladies chez une personne, normalement présents discrètement sur son épiderme. Extérieurement, les bactéries ressemblent à une balle et se développent et se multiplient sous la forme d'une grappe de raisin (en raison de leur nom). L'aureus le plus pathogène est Staphylococcus aureus: dans le nez, dans la gorge, dans le vagin, ce microbe anaérobie gram positif, sous l'influence de facteurs provoquants, peut provoquer des maladies graves. Mais dans une seule population, même Staphylococcus aureus n'est pas nocif pour l'organisme et notre système immunitaire est capable de contrôler son «comportement». Un autre type pathogène de staphylocoque est l'hémolyse, qui cause souvent une septicémie et qui est implanté dans 40% des cas de maladies chroniques de la gorge et du rhinopharynx.

Il existe deux types de staphylocoques sur leur capacité à produire une coagulase ou une enzyme qui provoque la coagulation plasmatique. Celles-ci comprennent les bactéries à coagulase négative et à coagulase positive (cette dernière comprend Staphylococcus aureus). Parmi les bactéries ne produisant pas d’enzymes, les staphylocoques épidermiques et saprophytes peuvent provoquer des maladies chez l’homme, mais ils sont beaucoup moins dangereux.

Une infection à staphylocoques (une affection dans laquelle les bactéries augmentent considérablement leur présence) peut être à l'origine de nombreuses pathologies des voies respiratoires supérieures. Si une grande quantité de staphylocoque est présente dans le nez, les bactéries commencent à sécréter abondamment leurs enzymes et leurs déchets. Par cela, ils affectent négativement les cellules du corps, détruisant leurs parois et entraînant la mort. La situation est encore aggravée par la résistance des microbes à l’action de nombreux médicaments, ainsi que par la possibilité de modifier la structure (mutations), qui peuvent entraîner des difficultés de traitement considérables.

Le plus souvent, le staphylocoque dans le nez est une auto-infection, c'est-à-dire une auto-infection résultant d'une augmentation du nombre de colonies de bactéries sur la membrane muqueuse. Ces phénomènes peuvent se produire sous l’influence des facteurs suivants:

exacerbation d'amygdalite, d'adénoïdite, de pharyngite et d'infection par ces lésions du nez; l'hypothermie; ARVI, grippe, lorsque les virus affaiblissent l'immunité locale; stress sévère; utilisation prolongée de gouttes vasoconstricteurs; récurrence de la maladie somatique; d'autres facteurs entraînant une diminution de la protection immunitaire.

L'infection du nez par le staphylocoque chez un enfant ou un adulte peut être associée à l'infection par un malade. La bactérie se transmet de la manière suivante:

contact et ménage (articles ménagers, serviettes, draps, jouets); en contact direct avec la peau du patient en présence de plaies ou de fissures; en suspension dans l'air (inhalation d'air contaminé au cours d'un contact étroit avec le patient); à travers les mains sales avec de la nourriture; occasionnellement, une infection à staphylocoque est infectée à l'hôpital, par exemple lors d'une bronchoscopie, d'une gastroscopie, etc.

L'infection dans les maternités est possible et le staphylocoque peut être porté sur n'importe quelle partie de la peau ou des muqueuses de la femme, et de là les mains non lavées pénètrent dans le nez. Parfois, le bébé est infecté pendant l'accouchement. Souvent, les symptômes du staphylocoque dans le nez apparaissent chez le nouveau-né, ce qui est associé à une faiblesse de la défense immunitaire et à une incapacité à résister au microbe agressif.

Le nasopharynx est favorable à la colonisation de microbes pathogènes. C'est pourquoi l'infection s'installe le plus souvent dans cette région du corps. Si le staphylocoque dans le nez a commencé à proliférer activement, il peut se manifester avec les symptômes suivants:

hyperémie de la membrane muqueuse des voies nasales; congestion nasale; violation d'odeur; changement de voix; nez qui coule avec inclusions purulentes, écoulement de mucus épais et visqueux; démangeaisons, inconfort dans le nez en raison de l'atrophie des cellules épithéliales; souvent - l'apparition de petites pustules dans le nez et dans la région sous le nez; la transition de l'infection aux sinus et le développement de la sinusite.

Une infection à staphylocoques se manifeste toujours non seulement par des symptômes locaux, mais également par des symptômes communs. Parmi eux - fièvre, intoxication, maux de tête, chez les enfants et les personnes affaiblies, il existe souvent une éruption cutanée sur le corps, des douleurs abdominales, une diarrhée, une augmentation de la formation de gaz dans l'intestin. Le staphylocoque n'est pas toujours complètement guéri, et avec des médicaments mal choisis, l'infection se propage de manière permanente avec le développement d'une rhinite chronique, qui est souvent exacerbée.

Le principal danger d'infection est sa propagation rapide du nez aux organes voisins et sa pénétration dans des organes distants par des moyens hématogènes et lymphogènes. Habituellement, les premières manifestations de staphylocoque dans le nez sont associées au développement d'une rhinite aiguë, mais après seulement quelques jours sans traitement, le patient peut remarquer des signes d'otite, de sinusite, d'amygdalite et d'adénoïdite aiguë. Chez les personnes sujettes à la trachéite et à la bronchite, ces pathologies compliquent très souvent la rhinite bactérienne apparemment banale.

Staphylococcus aureus est très dangereux pour les personnes présentant une faible résistance corporelle, des immunodéficiences, chez lesquelles l'infection peut pénétrer dans les poumons, provoquant des abcès et des lésions massives de l'organe, des os et du cerveau, du cœur et des reins, pouvant même parfois provoquer une septicémie. Chez les nouveau-nés et les nourrissons, le staphylocoque doit être traité à l'hôpital sous surveillance médicale stricte. En raison de la reproduction rapide dans un organisme aussi petit, la bactérie peut provoquer un choc toxique, le coma et la mort du patient.

Une fois que le patient a contacté l'oto-rhino-laryngologiste, le médecin procède à un examen physique, recueille un anamnèse, demande au patient ou à ses parents de possibles infections et la présence de signes cliniques de pathologie. Chez les enfants, les téguments sont examinés à coup sûr, la nature des selles et les autres symptômes du tractus gastro-intestinal sont clarifiés.

La principale analyse, à l'aide de laquelle il est possible de révéler la présence de bactéries dans le nez et le nasopharynx, est l'isolement de bactéries lors de la conduite de bacposeva sur un milieu nutritif. Avant de vous faire un écouvillonnage du nez, vous avez besoin d’une certaine préparation pour l’étude. Les dentifrices et les rince-bouche ne peuvent pas être utilisés le jour de la collecte du frottis; il est interdit de manger et de boire avant le frottis, s'ils sont prélevés sur le pharynx.

Lors du prélèvement d'un écouvillon nasal uniquement, la condition principale pour une préparation réussie et l'obtention du résultat correct ne doit pas être traitée avec des médicaments antibactériens à action systémique ou locale au moins une semaine avant l'analyse. Le délai de préparation de l'analyse par la méthode de Bakposev est de 4 à 7 jours. La norme d'analyse pour staphylocoque sur bacposev - pas plus de 106 unités de bactéries.

Si un diagnostic plus rapide est requis, il peut être prédéterminé en effectuant une analyse de frottis microscopique. Après la coloration de Gram, on détecte des bactéries sphériques qui prennent une couleur bleue, sont fixées, ont la forme correcte et sont disposées en grappes. L'analyse culturelle (bakposiv) donne des résultats plus précis, vous permet d'établir un type spécifique de bactéries et de mener une étude sur leur sensibilité aux antibiotiques (antibiogramme). La plupart des staphylocoques humains sont résistants à la pénicilline. Le médecin doit en tenir compte lors de la prescription du traitement si l'antibiogramme n'a pas été réalisé.

Les antibiotiques sont les médicaments les plus importants pouvant vous aider à vous débarrasser d'une infection à staphylocoques. Le schéma thérapeutique est choisi individuellement par un spécialiste, mais le plus souvent, des agents antibactériens sont prescrits sous forme de comprimés ou d'injections intramusculaires. Étant donné que Staphylococcus aureus produit une polyrésistance aux pénicillines à titre d’antibiotiques à base de bêta-lactame, les médicaments de ce groupe doivent être associés à l’acide clavulanique (le médicament Flemoklav est un exemple du médicament de choix). De linkozamidov avec des infections à staphylocoques, la vancomycine, la clindamycine, de macrolides - érythromycine, azithromycine, de céphalosporines - céfalotine, céphalexine, ont fait leurs preuves.

Si la forme de la pathologie est sévère et compliquée, le traitement spécifique du staphylocoque dans le nez est prescrit de manière urgente avec une immunoglobuline antistaphylococcique ou un anatoxine pour soulager l'intoxication. De plus, l'introduction de bactériophages antistaphylococciques, utilisés en tant que contre-indications des antibiotiques, est pratiquée. Autres médicaments systémiques qui devraient être utilisés pour le traitement du staphylocoque dans le nez:

immunomodulateurs pour augmenter la réponse immunitaire et la résistance globale du corps (Taktivin, Immunoriks, Poludan); complexes de vitamines et de minéraux (Supradin, Alphabet, Vitrum); antihistaminiques pour le gonflement grave de la muqueuse nasale et la sensibilité à la sensibilisation corporelle (Tavegil, Diazolin, Zyrtec).

Il est nécessaire de traiter le staphylocoque du nez avec les méthodes et préparations locales, parmi lesquelles sont recommandées:

rinçage du nez avec des solutions antiseptiques (Miramistin, Chlorhexidine); gouttes dans le nez Polydex, Isofra, Protargol, avec une forte congestion nasale - utilisation modérée d'agents vasoconstricteurs; pommade pour érythromycine de la muqueuse nasale, tétracycline (en présence de pustules sur la muqueuse nasale); Irrigation du nez avec Chlorophyllipt, instillation de la solution d'huile Chlorophyllipt; utilisation d'immunomodulateurs locaux - IRS-19, Immudon; en présence de gros ulcères, leur dissection avec traitement antiseptique ultérieur est indiquée.

De plus, en cas d'infection du staphylocoque au nez, gargarisme avec du peroxyde d'hydrogène, Furacilin, Miramistin est nécessaire pour prévenir le développement d'une lésion bactérienne des amygdales et du pharynx.

Les oto-rhino-laryngologistes avertissent que l'utilisation de méthodes de traitement exclusivement populaires ne sera pas en mesure de faire face aux microbes pathogènes si l'infection a déjà lieu dans la cavité nasale, et encore plus si elle s'est propagée à d'autres organes. Par conséquent, tous les remèdes populaires ne sont que des méthodes de traitement supplémentaires visant à aider le corps à lutter contre la maladie et à renforcer l'immunité. Pour les infections à staphylocoques, vous pouvez utiliser les recettes suivantes:

Versez une cuillère à soupe de camomille avec un verre d'eau bouillante, laissez reposer pendant une heure, égouttez-vous, lavez-vous le nez trois fois par jour. Préparez de la même manière une cuillère à soupe de sauge, utilisez-la pour vous gargariser et vous rincer le nez. Hacher la racine de bardane, faire bouillir 2 cuillères à soupe de racine dans un bain-marie pendant 20 minutes dans 300 ml d'eau, laisser infuser pendant une heure. Pour égoutter dans le nez sur 5 gouttes trois fois par jour. Préparez une cuillère à soupe d’échinacée et de rose musquée dans 500 ml d’eau, maintenez dans un thermos pendant 3 heures. Buvez comme du thé toute la journée. Dissolvez un demi-gramme de momie dans un verre d'eau, buvez 50 ml de jeûne quatre fois par jour.

En outre, le Dr Komarovsky vous expliquera comment traiter le Staphylococcus aureus dans le nez et si cela est nécessaire.

Lorsqu'elle porte un enfant, une femme est particulièrement vulnérable à toutes les maladies infectieuses, car son système immunitaire fonctionne à mi-chemin. Le Staphylococcus aureus chez une femme enceinte comporte un risque élevé de perturber le développement du fœtus et son infection intra-utérine. Le résultat d’une infection à staphylocoques pendant la grossesse peut être la mort de l’enfant et une fausse couche.

L’infection à l’accouchement est un autre scénario dangereux. Chez un nouveau-né ou un nourrisson, les staphylocoques progressent rapidement dans la reproduction et la destruction des cellules du corps. Pendant l'allaitement, l'infection par le staphylocoque ne signifie rien de bon pour la mère et le bébé en raison du refus de l'alimentation et de la transmission possible de l'infection au bébé. Par conséquent, le traitement de la maladie doit commencer le plus tôt possible et uniquement sous contrôle d'un spécialiste. Une femme doit immédiatement se laver le nez avec Chlorophyllipt, ainsi que l’irrigation de la gorge avec un spray du même nom. La solution d'huile de chlorophyllipt parallèle a été instillée dans le nez pendant au moins 14 jours. En l'absence d'amélioration, un traitement antibiotique est prescrit aux jours 2-3 et, avec le développement d'une infection nasale au staphylocoque à 32-36 semaines de gestation, l'introduction d'immunoglobulines et d'anatoxines staphylococciques est autorisée. Également pendant la grossesse, des bactériophages spécifiques et certains immunomodulateurs n'ont pas d'effet tératogène, qui est utilisé avec succès contre Staphylococcus aureus.

L'absence de système immunitaire entraîne le fait que l'infection bactérienne chez les jeunes enfants est toujours plus grave que chez les adultes. Les enfants dès le premier jour peuvent souffrir d'intoxication grave, s'affaiblir, ne pas avoir d'appétit, et des ulcères et des ulcères apparaissent dans la région nasale. Les complications de la maladie surviennent assez souvent si un traitement adéquat n’a pas été instauré dès les premiers symptômes de l’infection.

Un traitement antibiotique suffit pour traiter les enfants, mais dans les hôpitaux, si la pathologie est grave, un traitement par bactériophages staphylococciques est prescrit (le médicament est généralement utilisé par voie topique sous forme de tampons dans le nez). De plus, les jeunes patients doivent suivre un traitement avec des immunomodulateurs, des vitamines, des médicaments fortifiants, des adaptogènes.

Il est strictement interdit de suspendre le nez et le visage, de réchauffer les pieds, de prendre des bains chauds pour le corps et d'utiliser la chaleur de quelque manière que ce soit si une infection par le staphylocoque est suspectée. Cela provoquera une reproduction encore plus rapide des bactéries dans le nez et les répandra dans la gorge, les glandes, la trachée, les oreilles, etc. De plus, vous ne devriez pas utiliser de remèdes populaires comme le miel, les jus de fruits, les produits laitiers, qui seront un terrain fertile pour les bactéries..

Vous n'avez pas besoin d'utiliser de l'alcool pour le traitement du nez, car les microbes de ce groupe sont résistants à l'alcool et provoquent en outre une atrophie de la membrane muqueuse (l'alcool augmentera encore la sécheresse du nez). Après un traitement antibiotique, on ne peut pas ignorer le traitement de l'intestin avec des préparations à base de Bifidobacterium, car une microbiocénose altérée du TIT est une augmentation du risque d'affaiblissement du corps et du développement de nouvelles maladies infectieuses.

En Savoir Plus Sur La Grippe